Atelier mai 2020

Photo de Cynthyp sur flickr

Bonjour

Nous vous souhaitons tout le bonheur …

Notre inspiration du jour est le muguet ou tout autre porte bonheur.

Décrivez le avec précision et laissez vous emporter par votre imagination ou votre plume !

Belle écriture !

odile

 

Hits: 50

3 réponses à Atelier mai 2020

  1. Odile zeller dit :

    Texte de Janine

    1° Mai – LE PORTE – BONHEUR

    C’est un drôle de personnage, court sur jambes et panse proéminente. Il est vêtu d’un pantalon jaune, d’un poncho coloré et sous son bonnet de laine péruvien il a des cheveux noirs à la Péron. Ses bras sont largement ouverts pour contenir tous les dons qu’il apporte avec une grande générosité. Une maison, c’est le rêve de tout le monde d’avoir une maison, un matelas pour dormir confortablement, des sacs de farine, de pâtes et de riz pour bien se nourrir, un masque et un sachet de confettis pour passer de joyeuses fêtes de Carnaval. Il a aussi à la main l’immanquable mate fait dans une coloquinte et sa bombilla pour boire le mate à tous moments, selon la tradition. J’oubliais il a aussi un sac en toile plein de billets de banque pour ne manquer vraiment de rien et un cœur pour que dire l’amour. Dans ses bras j’ai ajouté un avion pour les voyages, un stylo et un pinceau pour l’écriture et la peinture.
    Mais pour jouir de tous ces dons il faut lui procurer du tabac car c’est un grand fumeur. Aussi il a la bouche ouverte et on peut y placer une cigarette ! C’est Ekeko, le porte-bonheur le plus populaire de l’Amérique du Sud.

  2. Claude Klein dit :

    Qu’est-ce qu’un porte-bonheur? Un talisman? Un gris-gris? Une médaille? Ces bracelets multicolores tressés qui ne doivent pas quitter bras ou chevilles jusqu’à ce qu’ils s’effilochent? Non.
    Mais un état d’esprit qui fait que j’accueille chaque matin avec un sourire et lui dise,
    – Allez viens, faisons route ensemble pendant vingt-quatre heures.
    Et c’est comme si nous nous accordions. Pour rire et pour pleurer, pour agir et pour réfléchir, pour jouer et pour s’ennuyer. Parfois même pour crier et souvent pour aimer. Pour vivre, quoi.
    Ce porte-bonheur-là, le goût de la vie, j’espère bien ne jamais le perdre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.