Atelier 30 avril

Bonjour

pour ce dernier jour d’avril, racontez un monde minuscule, le jardin vu par une fourmi….

La contrainte d’aujourd’hui est de ne pas mettre de verbe dans votre texte.

a vos plumes

odile

Hits: 41

3 réponses à Atelier 30 avril

  1. Odile zeller dit :

    Texte de Janine

    30 avril – Trop fortes les fourmis

    Enfin le printemps ! Pas le temps pour l’oisiveté ou le repos ! Au boulot !
    Chacune sa fonction pour le bien et le confort de la communauté. Exploration du jardin. Un monde ! Un microcosme ! Plein de ressources mais aussi de dangers. Traquenards et pièges en tous genres, insectes assassins dans tous les coins, araignées aux toiles gluantes, lézards et geckos, oiseaux, chats et chiens fossoyeurs. Quant aux humains destructeurs de la planète… Une vie difficile et dangereuse la nôtre !
    Bref, niveau d’alerte maximum indispensable pour ma cohorte de combattantes, toujours sur la brèche pour des interventions rapides , évacuations d’urgence, combats, jets d’acide, corps à corps, coups de pattes, de piques, de mandibules. De braves petits soldats, courageux, téméraires et souvent héroïques.
    Pour de bonnes prestations, un bon rendement et une réactivité au top, nécessité d’une bonne alimentation, variée, équilibrée et nourrissante. Donc activité incessante, parfois frénétique, des cueilleuses, en procession du matin au soir, infatigables, chargées comme des ânes bâtés.
    Voilà notre vie au jardin. De chaque expérience, une leçon, un acquis, une connaissance nouvelle.
    Trop fortes les fourmis !

  2. Odile zeller dit :

    A la queue leu leu… un pas …un autre pas… herbes hautes… chemin faisant… odeurs sucrées … danger de chute, terrain glissant… l’autre et l’autre… antennes attentives… train train … cortège efficace… retour à la fourmilière… à gauche à gauche encore à gauche et droit devant… un bec d’oiseau… passage risqué… soulagement du retour et de l’arrivée… mission accomplie.

  3. Claude Klein dit :

    Tapis vert au raz du sol, brins d’herbe assez gros déjà pour petites pattes agiles. Enormes piliers, supports d’écorces toutes brunes vers le bleu du ciel.
    Vue planante sur éventails en mouvement à cause des à-coups de l’anticyclone en verve. Et puis, et puis, un trou. Un énorme trou.
    Chute interminable.
    Arrêt sur image: fourmi plate comme une limande, antennes en zig-zag et oeil au beurre noir.
    Fin de la description faute de combattantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.