Témoignage de notre gagnante sur son séjour à Rome

Geneviève, Premier Prix du concours 2017, à Rome

Ces quatre jours à Rome resteront écrits à l’encre dans le cahier de ma mémoire.
Quel délice de parcourir la ville avec pour guide Odile, de se glisser dans la pénombre d’une église pour admirer un tableau, prendre le temps de s’en imprégner et puis de se retrouver pour un moment d’écriture et de lecture croisées dans le cloître de Bramante.
Cette manière de visiter la ville a agi sur moi comme un charme. Chaque image, chaque souvenir reste imprégné d’une saveur particulière.
Et pourtant, nous avons parcouru des kilomètres à admirer les églises baroques, les marbres zébrés et colorés, les peintures en trompe-l’œil et bien sûr, les tableaux : ceux du Caravage dans l’église Saint-Louis-des-Français, dont se dégage une force dramatique, accentuée par les jeux d’ombres et de lumière. Ils racontent des histoires, des moments de vie, des destins : le départ d’un père, une révélation, une chute… l’expression des visages, les pieds nus noircis par la poussière des chemins ne peuvent laisser indifférent ; les natures mortes de la villa Bonaparte, qui entraînent notre imagination sur des sujets légers et humoristiques ; les trésors du musée Centrale Montemartini installé dans ce décor d’ancienne usine de production électrique où se côtoient chaudières, turbines, mosaïques marines, statues de déesse ou bras et pieds de taille colossale d’une divinité romaine. Le train du pape Pie IX a délié nos plumes alors que l’émotion a rendu difficile l’écriture devant la statue étonnamment moderne d’une jeune romaine songeuse, drapée dans son châle.
D’autres moments « magiques » ? La séance d’écriture dans le jardin Médicis, l’émotion devant l’immensité de la Basilique Saint Pierre, la piazza Navona, la visite du forum à la recherche des fresques de la petite église de Santa Maria Antiqua ou le cloître et le réfectoire des moines de l’église de la Trinité des Monts…
Ce fut un séjour avec pour centre l’écriture : des propositions variées dans des lieux chaque fois extraordinaires, des séances ponctuées par les rires et les encouragements d’Odile, des échanges sur les « clés » pour débloquer un texte, sans compter la participation joyeuse à l’atelier avec Jeanine, Marie-Noëlle et Yvonne
Quelques semaines ont passé et chaque fois que je pense à ce séjour, j’en ressens toute l’énergie qui m’encourage le soir, après une journée de travail bien remplie, à m’asseoir à mon bureau pour coucher ne fut-ce que quelques lignes et continuer à écrire.
Tout cela n’aurait pas été possible sans Odile Zeller qui m’a accueilli chaleureusement à la Villa Bonaparte. Un immense merci à elle ainsi qu’à l’Institut Français – Centre Saint-Louis qui a rendu possible ce voyage et cette plongée dans l’écriture au cœur de la ville de Rome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *