18 janvier le journal, un fait divers

Vous ouvrez le journal, vous parcourez rapidement les informations nationales et vous vous vous attardez sur un fait divers. Si vous avez choisi le mode carnet de voyage … racontez un journal d‘ailleurs en chinois, en anglais… faites vivre ces autres personnages qui sont d‘ici et d‘ailleurs …

a vos plumes

3 réponses à 18 janvier le journal, un fait divers

  1. Odile zeller dit :

    Texte de Janine
    Fait divers

    Télégraph India.
    Un homme a arrosé sa femme d’essence et l’a transformée en torche. Par vengeance. Ses beaux-parents n’ont pas tenu leur promesse. Ils n’ont pas offert le scooter promis en dot. Il a perdu la face. Du coup elle aussi.
    Il y aurait chaque année 8000 crimes pour dot.
    A Dehli s’ouvre le procès contre un mari qui a, lui aussi, arrosé sa femme de kérosène avant d’y mettre le feu. Elle a accouché d’une fille. La troisième. Même pas fichue de lui donner un garçon.
    Il est interdit aux médecins qui effectuent les échographies de révéler le sexe des fétus pour éviter, au cas où ce serait une fille, les avortements, les infanticides et les arrosages à l’essence qui semblent être très en vogue en Inde.
    En 2001, année particulièrement meurtrière, il y eut 163.000 décès par flammes, les 2/3 étaient des femmes.
    Ces décès étant le plus souvent maquillée en accidents domestiques ou en suicides il est impossible d’avoir des chiffres exacts. La police les classe comme décès non naturels.
    Récemment a été créée une association «Stop Acid Attacks» pour venir en aide aux femmes brûlées et a ouvert à Agra, Lucknow et Udaipur un café où les femmes trouvent un foyer et un travail.
    La barbarie s’arrêtera-t-elle un jour ?

  2. Marc dit :

    Titi s’en voulait d’avoir été aussi bavard. Il salua rapidement le petit organiste au costume gris et réinstalla le chaton dans sa poche.
    – Tout ça c’est de ta faute, le sermonna-t-il en descendant l’escalier, si tu ne t’étais pas barré… et elle n’était pas folle, juste un grain. Un tout petit grain, comme un cristal de sel dans un carré de chocolat. C’est tout !
    Le chaton ne dit rien, il avait rapidement pris l’habitude de laisser Titi s’enfoncer en silence dans ses pensées. Sa mauvaise humeur passerait. Titi songea qu’il lui fallait prendre une douche et faire sa lessive. Une association caritative mettait une salle d’eau à disposition des SDF et Titi, qui n’aimait pas beaucoup ce genre d’endroit, après s’être soigneusement lavé et rasé, remercia poliment la bénévole qui tenait la permanence et s’éclipsa sans tarder. Il était passé ensuite à la laverie automatique dans laquelle deux adolescents d’origine africaine, dormaient affalés dans les fauteuils d’attente. Il fourra son linge dans une des machines libres, remplit de lessive le réservoir prévu à cet effet et, après avoir déposé parterre le chaton, s’assit en face de l’appareil. Il regarda, un instant son linge tanguer et les bulles de savon envahir le hublot, et il s’empara du journal que quelqu’un avait dû oublier là. Les nouvelles du monde le laissèrent indifférent, non pas qu’il s’en moquât, mais ce qu’il connaissait de la folie des hommes suffisait à le tenir informé de leurs turpitudes et il n’avait nul besoin de détails pour en mesurer l’envergure. La météo confirmait la toute puissance de l’anticyclone et prédisait la fin de la canicule pour, aux mieux, le milieu de la semaine prochaine. Titi avait arrêté son regard sur un titre qui barrait la page des infos locales et avait dit :
    – Écoute ça le chat : « Étrange série de vols pendant la Fête de la Musique. Alors que la fête battait son plein dans les rues du centre, trois magasins, tous situés en périphérie de la ville, ont été victimes d’un cambriolage pour le moins surprenant. En effet, c’est aux rideaux de fer, sensés protéger les vitrines, que les hardis cambrioleurs s’en sont pris en les embarquant tous trois pour une raison totalement inconnue. Curieusement, seule la devanture d’un dépôt d’électro-ménager a été sauvagement fracassée, le magasin entièrement pillé et le volet…envolé ! Le préjudice s’élèverait à plusieurs dizaine de milliers d’euros. La brigade de gendarmerie chargée de l’enquête n’a fait aucune déclaration mais se demande si, pour les deux enseignes dont la marchandise a été miraculeusement épargnée, les malfaiteurs n’ont pas été interrompus dans leur forfait par des passants qui rentraient de la fête de la musique. Un appel à témoin a été lancé par la police qui oriente cependant son enquête vers la communauté des gens du voyage.»
    Titi avait posé le journal, l’air soucieux. Il regardait sans le voir son linge osciller dans le tambour de la machine à laver et s’agaça de la musique que les deux ados écoutaient trop bruyamment.
    – Les cons ! avait dit le chat.

  3. Odile zeller dit :

    Texte d’Odile

    Une aînée mal vêtue secourue à -15º
    Le civisme et l’entraide ont encore leur place en 2018, une dame semblant désorganisé, marchant sans vêtements d’hiver, mardi à été secourue par une citoyenne d’ottawa tôt mardi matin. Le mercure oscillait autour de -15º en début de journée. La dame a souffert dénegleures mineures et de faible hypothermie.

    Vol de cuivre aux toilettes du palais de justice
    Un individu, visiblement tenté par le profit immédiat a arraché des tuyaux de cuivre aux toilettes du deuxième étage de l’édifice Jos Montferrand sur l’heure de dîner. Il a pu fuir en catimini.

    Entrée remarquée dans un dépanneur
    Un automobiliste qui reculait pour se garer devant une succursale de la chaîne Couche-tard a fracassé la vitrine du commerce. L’accident peu commun s’est produit avant midi, dimanche. Les quatre personnes présentes dans le dépanneur n’ont pas été blessées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *