S’inspirer d’un tableau pour écrire

Vous allez dans un Musée vous choisissez les collections permanentes, elles sont moins fréquentées et vous y trouverez des bancs ou des chaises. On vous laissera écrire. Vous pouvez aussi vous inscrire parmi les copistes et écrire pendant que d’autres dessinent ou peignent, c’est une autre ambiance.

Vous choisissez un tableau. Notre exemple : une nature morte de la peintre canadienne Mary Pratt.

Vous voyez deux pots de confiture entamés. La première étape est la description en mots de la peinture: les couleurs, les formes, la lumière.

Vous en déduisez une vie de famille, des enfants, des cris, des jeux. L’étiquette parle de fait main et l’anglais suggère un ailleurs. Une première entrée est possible : une maman étrangère qui vit chez elle, coupée de ses racines. Le tableau est précis, réaliste. Les couleurs sont gaies. Mais le seul horizon est la table, un mur.

Votre écriture prend de la distance : vous entrez dans la tête du peintre, donnez sens au tableau. Vous essayez de trouver pourquoi le peintre, ici Mary Pratt, a décidé de peindre deux pots de confiture presque vides. La vie à la campagne, l’hiver canadien … le besoin de s’exprimer …

Une autre approche serait de vous imaginer propriétaire de l’œuvre. Vous la placeriez où ? Dans la cuisine ? Dans le salon ? Pourquoi ?

A chaque question  vous rédigez un texte et ensuite vous avez la piste de votre nouvelle. Allez-y ! C’est facile !

Une autre plume

Ce contenu a été publié dans Écriture, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à S’inspirer d’un tableau pour écrire

  1. Odile zeller dit :

    Pour écrire sur une œuvre d’art il faut entrer dans la tête du peintre, comprendre pourquoi il a choisi ce sujet … puis une à une comprendre les décisions prises jusqu’à l’accrochage.
    Ici pourquoi les groseilles …. les pots, l’aluminium
    La question qui vient ensuite est de savoir si je serai acheteur et dans le cas de l’achat où le placerai cette œuvre. Dans la cuisine ? Dans la salle à manger… c’est aussi une entrée possible.

  2. Estrade dit :

    Qui peut regarder un tableau sans s’interroger sur son histoire ou sur l’histoire qu’il raconte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *