Le printemps

L’odeur de fleur d’oranger… le lilas ou le muguet ….

dites nous en prose ou en poème les parfums du printemps !

Inspirez vous peut être de Susskind ou des poètes !

Plongez vous et nous dans cet univers subtil !

A vos plumes !

Les droits sont réservés sous la forme CC

4 réponses à Le printemps

  1. Odile zeller dit :

    Texte de Nadia Esteba

    Aujourd’hui, mes mains embaument et je n’arrête pas de les porter vers les narines pour humer cette piquante fraîcheur ; thym, romarin … fenouil ;ce sont des rites d’aujourd’hui pour reprendre le cours de l’histoire de la vie , retrouver le sourire, des sensations dans le manque, refaire le chemin ,mais je suis seule avec ces acquis ; la mémoire me restitue des bribes de moments innocents . Alors , à cet instant, je me fais une tisane de thym,une infusion et l’eau qui frémit doucement ce 10 Mai ressemble davantage à un simulacre de goûter, c’est plus une cérémonie qu’ une véritable soif . Il a plu le Ier Mai ; en principe quand toutes les touffes sont en fleurs, si mignonnes et d’un si beau bleu, on bat la campagne pour une cueillette odorante de branchettes douces au toucher ;l’on sent coller aux doigts la sève nouvelle. Alors je refais ce que faisaient les familles qui s’égayaient dans les garrigues, heureuses en plein air dans les gris et verts passés des oliviers sauvages les “roupiou”s, ,les chênes kermes,l’alaterne , sous un ciel insolent dégagé , ému lui aussi…Je me souviens alors des moments légers du printemps par tous les sens..

    Nadia ESTEBA

  2. Odile zeller dit :

    Poème de Nadia Esteba

     LA TERRE

     Belle aurore, jouvencelle
    C’est la danse du feu  dans les allées princières
    Bonjour violettes,  primevères
    Au Printemps de Jeunesse éternelle.
    A petits pas, l’abeille danse dans les allées
    A la recherche des roses galliques
     Les insectes irisés  font aussi  leur musique
    Enivrés des parfums sur les cœurs dévoilés
    Délices féériques, ces espaces secrets
    Contiennent dans leur main  l’âme du monde
    Nos regards émerveillés les fécondent
    De pensées et gestes envoûtés.
    Les papillons épris   de  senteurs
    S’abreuvent de nectars  butinés un à un
    Elixirs d’un Eden offert sur notre  Terre
    Qui est  un Jardinet  au sein de l’Univers 
     

  3. martine dit :

    très joli texte, sensuel par ses évocations florales qui donne envie de flâner au contact de la nature . merci odile

  4. Odile zeller dit :

    L’odeur des orangers, un bain de douceur sucré. Les citronniers offrent un parfum plus fort, légèrement piquant et les bergamotiers plus intense, plus oriental. Ici dans le jardin les couleurs explosent: les fragiles pivoines chinoises avant leurs voisines japonaises et après les sculptures florales rondes et rouges des camélias. Le printemps est ma saison préférée, la plus parfumée. A Budapest les tilleuls vous baignaient de douceur. Vous entriez sous leurs coupoles et vous respiriez leur bienfait, une odeur suave de tisane en inhalation. Au Maroc il suffisait de traverser à allure modérée une orangeraie c’était divin. Ma préférence est française.j’hésite entre les champs de lavande en Provence où l’odeur vous alerte bien avant que le violet des bouquets ronds en file indienne ajoute la couleur à l’odeur. Rien à voir avec les petits sachets qu’on vend dans les boutiques. C’est violent, votre nez se trousse, prêt à éternuer et puis la surprise des couleurs vous interdit toute explosion intempestive. C’est beau, ça sent beau mais ce que j’aime au dessus de tout est un miracle, un instant rare ou mes pommiers sentent bon, une nuance fragile qui transpire des fleurs envolées au vent. Certains printemps ils ne sentent rien et d’autres si la chance me sourit chaque cultivar chante sa mélodie de fragrances enchantées. Le rosier dont les feuilles sentaient la pomme et les fleurs jaunes banales n’a pas survécu aux piétinements des ouvriers. Qui sait peut être aurai le la chance de le remplacer. Il était aussi dans mes odeurs de printemps… et la glycine … couleurs et senteurs … les glycines du forum… les touristes passent à côté le nez dans les explications des guides, les yeux sur leurs selfies … comment leur dire respirez et regardez c’est si beau que les vieilles pierres aient cette vitalité florale … après les jonquilles … avant le soleil brûlant de l’été et la poussière dorée du crépuscule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *