Extrait d’une nouvelle publiée dans le recueil

La dernière touche de Geneviève Maesen Émond, 

notre gagnante du concours enquêtes au musée en 2017.

Louise Moillon nature morte aux mûres
Musée des augustins Toulouse

Frael posa ostensiblement sur la table de l’entrée la lettre de conversion, en disant d’un ton sec : « Je ne quitterai pas cette demeure, tant qu’elle ne sera pas signée. »

Il parcourut ensuite chaque pièce de la maison, s’attardant pour détailler le contenu des armoires et exigea des draps brodés pour son lit. À l’étage, il marqua un temps d’arrêt en entrant dans l’atelier où étaient disposés le chevalet et le matériel de peinture de Louise, puis pencha sa large masse pour examiner le tableau qu’elle avait commencé. Si le fond et la table étaient déjà en couleur, la composition était loin d’être finie. Ses yeux s’attardèrent sur les deux pêches et l’abricot représentés à droite du tableau.

− C’est vous qui avez peint ces fruits ? fit-il en se redressant.

Elle hocha de la tête.

− Vous terminerez ce tableau. Je veux pouvoir l’emmener lorsque le régiment quittera la ville.

− Mais… mais Monsieur le capitaine, c’est impossible… il me faudra des semaines… la peinture ne sera pas sèche, balbutia Louise, surprise.

Il la regarda froidement et dit d’un ton coupant : « Je veux ce tableau terminé ! », avant d’ajouter : « Le tableau terminé, avec la même qualité que celle de ces pêches. À défaut, je devrai me rabattre sur un autre objet d’intérêt de cette maison… » et il baissa le regard jusqu’au garçonnet qui s’accrochait à la jupe de sa mère. Louise sentit son sang se glacer, pendant que Frael quittait la pièce sans ajouter un mot.

Extrait de la nouvelle publiée dans le recueil 2018                                    aux éditions Christophe Chomant        Tous  droits réservés

Les droits sont réservés sous la forme CC

3 réponses à Extrait d’une nouvelle publiée dans le recueil

  1. Anne Sigier dit :

    Christophe Chomant, votre texte eut mettre ne valeur la beauté de la peinture de “Louise”… Et c’est bien.
    L’exigence concernant la rapidité concernant la fin du tableau a deux raisons possibles: ou vous prouvez à “Louise” qu’elle peut mettre au monde plus de tableaux…ou vous montrez votre valeur de chef…et cela ne satisfait que vous.
    Bravo pour votre texte, Christophe! Et bravo aussi à Odile Zeller qui sème la beauté à travers le monde!
    Anne Sigier

  2. Régine dit :

    ça donne très envie de connaître la suite. merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *