Faire parler Klimt

Bonjour à toutes et tous,

Merci pour vos textes.

un défi aujourd’hui : faire parler ce tableau de Klimt !

une contrainte : s’exprimer à la première personne.

Belle inspiration et à vos plumes,

 

la plume au petit soleil de l’automne

Vues : 70

5 réponses à Faire parler Klimt

  1. Claude Klein dit :

    Valse hésitation

    Il me prend, il m’entoure de ses bras.
    Tout contre lui, les yeux fermés, j’attends.
    Je ne sais si je peux me laisser aller.
    J’attends.
    Ces ors, cet argent qui m’entourent sont lourds et légers à la fois.
    Les fleurs éphémères donnent vie au couple que nous formons,
    Amants enfermés en eux-mêmes. Soudés l’un à l’autre.
    Il désire me manger, je le sens. Me déguster peut-être.
    Est-ce que je veux seulement le goûter? Et,
    Saurons-nous nous fondre dans le plaisir intense de la rencontre primordiale?
    Je ne sais. J’attends.
    Qu’il se permette un geste déplacé et vulgaire et …
    Que ferais-je?
    Je partirais.
    Vraiment?
    Dehors m’attendent les rues glacées de cet hiver infernal…
    Resterais-je? M’en irais-je?
    La solitude est grande quand disparaît l’alter ego.
    Et si j’ouvre les yeux, le charme disparaît.
    J’hésite encore, me laisse porter …
    J’attends.

  2. Odile zeller dit :

    Un peu, beaucoup, à la folie … plus du tout
    Je l’aime, je l’adore. Il me plait tellement et en plus il est peintre… infidèle, inconstant, coureur de jupons, Don Juan. Il m’aime mais … il m’aime … c’est ce qu’il dit parfois quand mes questions deviennent très insistantes avec un soupir et un „Tu le sais bien“
    Il dit pareil aux autres certainement. Je l’aime oh comme j’aime ses mains, ses bras qui m’étouffent et ses baisers. Il en a fit tout un tableau en or ! Je l’aime, il est si différent, un peu fou, très inventif et excellent vendeur aussi ! Il m’aime mais jusqu’à quand. Je suis jeune, belle, tentante et si cela n’allait pas durer, quand je serai au soir de ma vie, il aura vieilli lui aussi mais aura t’il toujours le désir de m’aimer ? Stop me laisser aller à l’instant et ne pas trop demander à l’avenir

  3. Janine dit :

    Texte de Janine

    Le Baiser, de Klimt

    Les yeux fermés, pas tout-à-fait sortie du sommeil, vaguant encore entre rêve et réalité, je le sens qui m’enlace et m’étreint, ses gestes m’enveloppent de douceur et de tendresse malgré la force de son désir.
    Déjà il dénude mon épaule et son souffle chaud caresse ma peau. Ses mains encadrent mon visage, sa bouche effleure ma joue et se rapproche de mes lèvres frémissantes, cherchant le baiser qui me fera abandonner toute réticence.
    Mes doigts crispés sur son cou, dernière et dérisoire défense, se desserrent. Je tremble et mes genoux pris de faiblesse se dérobent déjà.
    Je vais chavirer, je le sais et j’attends, confiante et apaisée, l’instant où nous glisserons, enlacés, sur un tapis de fleurs au parfum printanier.
    Alors nous partirons pour un long voyage hors du temps, explorant une dimension nouvelle et mystérieuse qu’on appelle l’Amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.